Utility

Contact Menu

User account menu

Cart Flyout

BLK Showroom

Teatro Barcelo Point Cloud

Fisotec aide à créer des villes intelligentes avec le Leica BLK et Reality Cloud Studio, sur HxDR

Par Christopher Curley

|
01/23/2024

Pour Fisotec, une entreprise espagnole spécialisée depuis plus de 15 ans dans le développement de systèmes d'information géographique (SIG) et la création de systèmes d'inventaire des biens pour les villes intelligentes, aucun défi n'est insurmontable.

Mais lorsqu'on lui a demandé de faire la numérisation laser d'un immeuble qui se présente comme une galerie des glaces, c'était le casse-tête.

Le Teatro Barceló était la discothèque la plus célèbre de Madrid (à un moment, c'était l'équivalent du Studio 54 à New York), avec ses longues courbes Art Déco qui reflètent son style des années 1930. À l'intérieur, on trouve de nombreux coins et recoins, ainsi que des miroirs qui s'étendent du sol au plafond, au milieu de l'espace de danse du premier étage, conçus pour capturer les lumières clignotantes, l'extravagance et le glamour des années 1980. C'est une icône, un monument, mais aussi un endroit très difficile à capturer pour en créer un modèle 3D. C'est pourtant ce qu'il fallait faire pour l'inscrire comme Bien d'intérêt culturel, une distinction spéciale du gouvernement espagnol qui permet de reconnaître et de protéger la valeur historique de l'établissement et de le faire entrer, dans une certaine mesure, dans le domaine public.    

« Les scanners laser et les miroirs ne font pas bon ménage, » déclare José Ruiviejo, PDG de Fisotec. « Les miroirs reflètent les lasers et vous vous retrouvez avec des données en double à cause de ces reflets. »  

Sachant qu'il lui fallait un modèle BIM alors qu'il n'en avait pas, le Teatro Barceló a donc engagé Fisotec et son parc de scanners laser 3D Leica Geosystems pour ce projet.

Leica BLK2GO

L'équipe a rapidement créé un plan d'attaque pour cette architecture difficile, en utilisant le scanner laser portatif avec imagerie Leica BLK2GO comme outil principal.

« Il faut garder à l'esprit qu'il était impossible de couvrir les miroirs, » raconte M. Ruiviejo. « Nous avons saisi l'importance de planifier avant de numériser, en évaluant d'abord le bâtiment, puis la structure et la trajectoire, et enfin en préparant la procédure à suivre pour la numérisation. »  

 

Pendant leur planification soigneuse, ils ont trouvé une solution ingénieuse.

« Nous avons divisé l'espace au moyen d'une grille imaginaire et nous avons capturé les données plusieurs fois. Puis, au bureau, nous avons travaillé avec le logiciel en suivant le même principe pour nettoyer les données afin de réduire le bruit et d'améliorer la qualité, » poursuit-il. « Pour soutenir notre flux opérationnel, nous avons aussi pris plusieurs photos avec l'instrument. »  

La numérisation du bâtiment a duré deux jours et demi, plus quelques jours supplémentaires pour le traitement des données avec Leica Cyclone REGISTER 360 PLUS BLK Edition et encore quelque semaines de plus pour créer un modèle BIM complet.

Nuage de pointsModèle BIM

D'après Fisotec, c'est inhabituel pour le BLK2GO qui est si rapide, mais la difficulté liée aux miroirs exigeait de capturer autant de données supplémentaires que possible aux fins du post-traitement ultérieur.

Normalement, nous pouvons capturer un entrepôt de 40 000 m² en une journée avec le BLK2GO et traiter les données en une heure et demie, » explique M. Ruiviejo.

Néanmoins, Fisotec affirme que l'instrument était indispensable pour le projet.

« C'est l'un des projets les plus complexes que nous ayons réalisés jusqu'à présent, mais il a été facilité par le BLK2GO car il permettait de capturer les données tout en visualisant la trajectoire, » explique Fernando Cobo, spécialiste des SIG chez Fisotec.

« C'est une expérience que nous n'oublierons jamais, » confie M. Ruiviejo à Leica Geosystems. « Mais l'équipe a aussi appris quelque chose de la taille du bâtiment, en particulier sur la manière de préparer la numérisation de ce type de construction. Nous allons bientôt démarrer un grand projet avec 26 bâtiments et toutes ces leçons seront mises en pratique. »    

Logo Reality Cloud Studio, sur HxDR

Quand Reality Cloud Studio s'ajoute au mélange

Fisotec connaît bien la technologie Leica Geosystems, car elle a déjà utilisé le Leica BLK360 G1, le Pegasus TRK 700 EVO et le Leica RTC360 pour plusieurs projets en fonction de ses besoins, ainsi que Cyclone REGISTER. Ce projet était son premier grand projet avec le BLK2GO et, lorsque l'opportunité s'est présentée d'utiliser aussi Reality Cloud Studio, l'entreprise a sauté sur l'occasion.  

« Je suis tombé amoureux du BLK2GO dès que nous avons commencé la validation du principe, » déclare M. Cobo. « Avec Reality Cloud Studio (nous l'avons utilisé pendant quelques semaines), les résultats sont exceptionnels, surtout si vous voulez impressionner vos clients. »  

M. Cobo qualifie le maillage automatique, le nettoyage et le déplacement d'objets de fonctions particulièrement utiles de cette application en nuage.

« Nous ne connaissons pas encore toutes les capacités, mais pour l'instant, le maillage automatique est excellent et facile à générer, » confie-t-il à Leica Geosystems. « Notamment, la réduction des bruits est vraiment impressionnante, compte tenu du fait qu'ils soient inévitables avec un appareil tenu à la main. »  

Il précise également que le téléchargement dans le nuage depuis le terrain permet non seulement de visualiser les données plus tôt, ce qui améliore l'efficacité, mais aussi de montrer son travail aux clients plus rapidement que d'habitude.

Récemment, Fisotec a utilisé Reality Cloud Studio pour présenter ses scans d'un parc industriel dédié à la logistique, d'une station d'épuration de Valence et de l'église Santa Maria la Mayor d'Alcaudete.

« Tous les clients sont très satisfaits, » déclare M. Ruiviejo.

Après avoir surmonté les complexités du Teatro Barceló, l'équipe de Fisotec regarde vers son prochain défi.

« Chaque projet de numérisation a ses propres particularités : châteaux, bâtiments singuliers, gares routières… » affirme M. Cobo. « On ne s'ennuie jamais avec la numérisation. »